Uncategorized

Cameroun: Nouvelle direction pour les militants de CAMFAIDS

Logo of Camfaids

Logo de Camfaids

Publié le 14 janvier 2015

L’association activiste camerounaise CAMFAIDS a une nouvelle équipe de direction qui vise à étendre son plaidoyer pour les droits des LGBTI, renforcer ses partenariats avec ses alliés locaux, et élargir ses travaux de promotion de la santé des minorités sexuelles.

Brice Evina a été élu le nouveau président de CAMFAIDS, remplaçant Dominique Menoga, co-fondateur, qui a demandé et obtenu l’asile en France plusieurs mois avant l’assassinat de co-fondateur Eric Lembembe à Yaoundé en 2013.

Eitel Ella Ella, l’ancien coordonnateur exécutif, a été choisi en tant que directeur exécutif. Michel Engama reste comme directeur administratif et financier de l’association.

L’association CAMFAIDS (Cameroonian Foundation for AIDS) a été fondé par Menoga et Lembembe en 2009.

La réorganisation est venue après un rapport au sujet de CAMFAIDS par un consultant français — un expert en la gestion organisationnelle — qui a été payé par l’Initiative 5% sur le sida, la tuberculose et le paludisme, un projet français qui fournit des experts pour les initiatives de santé du Fonds mondial pour les pays francophones dans le monde en développement. Le consultant a proposé que CAMFAIDS devrait installer une direction basée localement, améliorer le travail d’équipe dans la prise de décision, et d’autres changements organisationnels.

La réorganisation a été approuvée lors d’une réunion générale des membres de CAMFAIDS le 8 novembre, 2014, à laquelle ont participé quatre observateurs indépendants de différentes associations.

La nouvelle équipe de direction de CAMFAIDS a loué et remercié Menoga, le président sortant, pour son engagement exceptionnel dans la lutte contre le VIH et les IST et dans la lutte pour les droits des personnes LGBTI.

Evina a dit que dans l’année à venir:

J’aimerai que CAMFAIDS se penche d’avantage sur la question des droits de l’homme avec un accent particulier sur les droits des LGBT. Il est vrai que c’est le cas déjà maintenant, mais j’aimerai que CAMFAIDS soit un pôle de référence à Yaoundé et que nous le faisions savoir à toute la république et au monde entier.

Jean Jacques prepares food to take to six LGBT prisoners in Yaounde during the visit by delegates from the St. Paul’s Foundation. He is part of a vital lifeline between Camfaids and many who are incarcerated without charge or evidence of illegal behavior. (Photo courtesy of Albert Ogle)

Un membre de CAMFAIDS prépare un paquet de la nourriture pour les prisonniers LGBTI dans la prison centrale de Yaoundé. (Photo par Albert Ogle)

En outre, je souhaiterai fermement que notre association qui jusqu’ici a œuvré pour la cause des personnes LGBT incarcérés à la Prison Centrale de Kondengui, ici à Yaoundé, élargisse son plan d’action à l’ensemble des détenus de cette prison qui sont eux aussi des couches défavorisées pour les questions de santé, et de bien-être en général, tout en gardant une particularité aux prisonniers LGBT.

Par ailleurs, je suis à la recherche de partenaires pour pouvoir élargir notre action auprès du public HSH en particulier et LGBT en général pour la prise en charge des IST qui déciment notre communauté, en majorité composée d’indigents.

Ella Ella a dit que dans l’année à venir:

CAMFAIDS compte poursuivre et renforcer ses activités de promotion et de défense des droits humains des personnes LGBT, lutter contre toutes formes de discrimination et stigmatisation à l’endroit de ces personnes dans la société camerounaise, et dénoncer toutes formes d’abus et d’injustices faites à ces personnes.

Nous comptons également étendre nos partenariats dans ce sens avec des institutions de défense de droits humains, telles que le REDHAC où des actions de partenariats ont déjà été entreprises grâce à qui nous obtiendrons le statut d’observateur qui nous permettra de faire des communications orales lors des différentes commissions et conférences africaines pour dévoiler et dénoncer la situation des LGBT au Cameroun. (ADEFHO à Douala, Acodevo à Kribi, CAMEF à Limbe, et Amis du Coeur).

Journée mondiale du sida, une manifestation de CAMFAIDS visant à réduire le risque de contracter le VIH.

La journée mondiale du sida en 2012, CAMFAIDS a présenté des programmes visant à réduire le VIH.

Nous poursuivrons également nos activités de sensibilisation, de prévention, de dépistage, d’orientation et de prise en charge globale contre le VIH/Sida, les IST auprès de notre cible (personnes LGBT) dans ce sens des actions de partenariats sont entreprises avec des hôpitaux et des centres de santé tels que la Camnafaw et l’hôpital de District de Biyem-Assi.

Nous comptons étendre à court, moyen et long terme notre champ d’action du volet santé sexuelle et reproductive à l’endroit des populations carcérales de manière générale, mais surtout diriger la capitalisation des données à l’endroit des LGBT incarcérés sous recommandation du GIP Esther, qui est l’un de nos partenaires financiers et technique, à l’endroit des professionnels de sexe à travers le projet « SHADOW and LIGHT » de la Camnafaw avec qui nous travaillons.

Nous espérons aussi étendre nos actions sur le volet infections opportunistes (tuberculose, hépatites,…) dans le domaine de la prévention et de la sensibilisation.

Les priorités de CAMFAIDS, selon Evina:

“N’ont pas vraiment changé. Nous continuerons notre lutte contre la stigmatisation et contre la discrimination liées à l’orientation sexuelle, partant du plus bas niveau de la société jusqu’aux plus hautes sphères. mais seulement pourrions nous un peu nous étendre suivant les différentes sollicitations qui nous parviendrons.”

Ella Ella est d’accord avec ça. Camfaids a les mêmes priorités comme avant, il dit, dont il répertorié ainsi:

  • Reconnaissance des personnes LGBT.
  • Promotion et la valorisation et la défense de leurs droits.
  • Lutter contre toutes les formes de discrimination et la stigmatisation des personnes LGBT.
  • La dénonciation de tous injustice et la violence ciblant les personnes LGBT.
  • Élimination des préjugés et de la haine envers les personnes LGBT.
  • Réduction de l’homophobie en éduquant la population générale.
  • Abrogation de l’article 347 bis [la partie du Code pénal camerounais qui prévoit des peines de prison allant jusqu’à cinq ans d’intimité même sexe].
  • Réduire l’incidence du VIH dans la communauté LGBT.
  • Améliorer l’accès aux soins de santé pour les personnes LGBT.

Ella Ella a dit que CAMFAIDS a renforcé ses relations avec d’autres groupes de la lutte contre le sida et la promotion des droits des LGBTI au Cameroun, y compris  Affirmative Action, Humanity First, Alternatives Cameroun, Amis du Coeur, Adefho, Cer Ludhus, Acodevo, Génération Positive, Ladies’ Cooperation, et Adepev.

“Nous travaillons en réseau, nous harmonisons et coordonnons nos actions pour plus d’efficacité pour la lutte qui nous est commune,” a-t-il dit.

Au passé, les relations entre CAMFAIDS et des autres associations camerounaises étaient difficiles.  Evina a dit que ça changera.

“Le changement ne saurait être visible immédiatement, mais ayant voulu nos élections transparentes, nous avons invités de nombreux partenaires à notre assemblée générale afin qu’ils témoignent eux même de la transparence avec laquelle nous agissons et surtout qu’ils se sentent intégrés dans nos actions et que nous renforcions notre partenariat.”

En coordination avec la réorganisation, CAMFAIDS a une nouvelle adresse électronique (adresse Email) — camfaidsetdroitshumains@yahoo.fr.

Faire le clic ici pour voir les articles au sujet du CAMFAIDS au blog 76CrimesFR.com.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s