Commentary

Commentaire : Journalisme jaune au Cameroun

Publié le 13 janvier 2015 – Auteur: Marc Ghislain

Lorsque les homosexuels deviennent vendeurs.

La Une du journal « Le Soir »

La Une du journal « Le Soir »

Voici une « UNE » de journal qui pourrait attirer la curiosité de plus d’un lecteur, mais quel n’est pas notre déception une fois commencé la lecture ! Il est de plus en plus récurrent de rencontrer de tels Une de journaux au Cameroun, des journaux sans scrupules qui ont juste pour but de faire des recettes, et quoi de plus que les homosexuel(le)s.

Dans une de ses parutions du mercredi 26 novembre 2014 à Douala, le quotidien « Le Soir » n’a pas raté le coche en titrant à sa Une: « Révélations: Cameroun et homosexualité ».

Encore un de ses titres vendeurs auxquels, les homosexuel(les) du Cameroun sont habitués mais qui ne laisse pour autant pas la population en manque événements indifférents. Là n’est pas le problème. En parcourant l’article, on s’imagine tomber sur du « lourd ». Sur de véritables révélations et de faits vérifiables.

Quel ne fut pas notre consternation ! Est-ce là un article produit par un journaliste ? Ou alors s’agit-il d’amateurs à vide de scoop ? Nous sommes en droit de nous poser la question. Et dire qu’il s’agit là d’un journal d’enquêtes et d’informations ! Grande est notre surprise de constater comment ils traitent une information de surcroît mis à la Une.

Trois sous-titres accompagnent cette Une de journal, ce qui devrait nous conduire inéluctablement à plusieurs parties une fois arrivé à l’intérieur de l’article. Au contraire, le «journaliste» Séverin Bouèbè  nous sert deux intertitres dont on se passera volontiers à savoir « La Pédophilie » et le « Saint-Esprit ».

Dans son récit, il tient pour fait cette assertion :«  il y a quelques mois, peu avant la campagne présidentielle, l’on a surpris un « Bao » et un musicien-chanteur camerounais nu dans une chambre d’hôtel » Pour un journal d’enquêtes nous restons sur notre fin car rien de nouveau ! De quel hôtel s’agit-il ? De quelle star et personnalité est-il question ?

Pour rappel ; si nous prenons pour exemple « Le Canard enchaîné » qui est un hebdomadaire français et qui parait tous les mercredis, il va s’en dire que c’est bel et bien un journal d’enquêtes et d’informations car les révélations qui y sont faites ne manquent jamais de secouer la société française tant les détails et les faits ne souffrent d’aucunes contestations.

En matière de journalisme, il existe un credo celui «des faits». En effet pour celui qui n’a pas la qualité de juger un article, un fait est un événement vérifiable, susceptible d’être prouvé. Et chaque journaliste dans le cadre de sa fonction se doit, pour une simple question d’éthique, de garantir à ses lecteurs la fiabilité des informations qu’il diffuse.

Or, qu’en est-il ? Il se trouve que tout au long de cet article de presse rédigé sur une seule page, il est question d’histoire à dormir debout. Dans un des passages de l’article, il dit: « dans un bas quartier de Yaoundé, un diplomate a failli se faire lyncher à cause de sa pédérastie. » Ou exactement à Yaoundé, tant on sait qu’elle est grande, la capitale du Cameroun. Des mythes, comme il le dit lui-même: « dans le dessein de Dieu c’est un homme et une femme pour les rapports sexuels, » et de plus: « dans nos quartiers l’imaginaire populaire pense qu’un lien unit homosexualité, pouvoir, et promotion, enrichissement illicite et corruption. » Des constructions fallacieuses qui ne reposent sur aucun fait susceptible d’être vérifié.

Les noms de différents protagonistes cités dans cet article de presse semblent être tirés de romans à l’eau de rose. Rien de tel pour susciter à l’égard de la communauté homosexuel(le) une véritable haine, une chasse aux sorcières, dans un pays où il est très facile de détourner l’attention des citoyens camerounais.

De tels articles, loin d’être de simples faits divers susceptibles d’alimenter le fond de caisse de journaux en manque de scoop, sont de véritables bombes atomiques pour la communauté LGBTI, et doivent être saisis par le CNC (conseil national de la communication). De tels articles, ou propos tenus sont un véritable outil de propagande à la haine. Et pour un quotidien qui coûte 400 FCFA (app. o,75 Euro), le lecteur est loin d’être servi … quel dommage !

Marc Ghislain est journaliste, blogueur et gérant communautaire à SID’ADO à Douala, au Cameroun

Faire le clic ici pour voir nos articles au sujet du cameroun au blog 76Crimes.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s