Cameroun: Les bureaux de Me Togué cambriolés

Me Michel Togué encore sous le choc. (Photo du Conseil de l'Egalaité Mondial)

Me Michel Togué encore sous le choc. (Photo du Conseil de l’Egalaité Mondial)

Publié le 23 juin 2013

Après les menaces de mort par téléphone et par mail, les locaux de l’un des rares avocats à défendre les personnes LGBT ont été visités le 16 juin dernier par des inconnus. Emportant avec eux, ordinateur portable, clés USB, passeport et autres effets professionnels et confidentiels

Au niveau de la grille de la porte centrale, le cadenas a été coupé et la serrure forcée. La porte centrale, elle-même cassée. Les bureaux des collaborateurs entièrement visités. Au niveau du bureau même de Michel Togué, avocat au Barreau du Cameroun et défenseur des droits humains, la porte a été complètement forcée. Le contenu du bureau remis sens dessus-dessous.

Dans l’antichambre à côté de cette pièce, tout a été fouillé de fond en comble. Des documents confidentiels et archives. Des effets appartenant à un ami (chemises, parfums, sacs à main, etc.) emportés. Dans les armoires, des tiroirs encore ouverts. Le contenu est éparpillé. Dans l’un de ces tiroirs, l’avocat déclare avoir perdu son passeport, bien qu’il ait un voyage programmé pour le 22 juin 2013.

Des tiroirs ouverts, leur contenu éparpillé. (Photo par Eric O. Lembembe)

Des tiroirs ouverts, leur contenu éparpillé. (Photo par Eric O. Lembembe)

Juste à côté de ce titre de voyage, se trouvait pourtant une enveloppe contenant une somme de près 1 300 Euros. Celle-ci a été juste ouverte et relaissée à sa place. Ce 19 juin, lors de notre passage, Me Togue avait toujours ladite enveloppe et son contenu avec lui.

Toujours dans le lot des effets volés, outre des choses personnelles et une tirelire de 3kg, l’avocat déclare avoir perdu un ordinateur portable et deux clés USB contenant des documents professionnels et confidentiels.

Selon Me Togue, les faits se sont passés le dimanche 16 juin dans l’après-midi avant 18 heures, heure d’arrivée du gardien de l’immeuble. Ce jour-là, il a été au bureau vers 12 heures. « Ce n’est pas un simple cambriolage. Il est évident que c’est mon engagement dans la défense des droits humains qui me vaut ce genre de visite inopinée puisque récemment l’on n’est pas passé par quatre chemins pour faire des menaces personnelles subséquents à mon travail dans la défense des personnes LGBT », continue le militant des droits de l’homme, qui avoue être très perturbé par cette histoire.

La porte forcée. (Photo par Eric O. Lembembe)

La porte forcée. (Photo par Eric O. Lembembe)

« Pour l’heure, nous avons fait appel à la police qui a fait son constat. Des photos du cambriolage leur seront remis pour nourrir le dossier. Une enquête est ouverte. Pour le reste, les serrures cassées ont été réparées », déclare Michel Togue.

Cependant, téméraire et obstiné, le défenseur des homos n’envisage ni de déménager, ni d’abandonner le combat.

« Car je pense que ce n’est pas en intimidant ou en cherchant à bâillonner les défenseurs qu’on peut résoudre les problèmes dans un Etat émergent comme le nôtre.  Un Etat de droit digne de ce nom doit composer avec le respect des droits humains en général et par ricochet avec celui des défenseurs. Ces actes sont purement lâches et abjects », conclue l’avocat.

A ce jour, Me Togue travaille sur une dizaine d’affaires traitant de l’homosexualité. Certains ont été condamnés à un emprisonnement ferme : cas de Diane à la peine maximale (5 ans) pour homosexualité au Cameroun et Clarisse et Jeanine à 9 mois. D’autres libérés sous caution, comme Benoit à Kribi qui va comparaitre libre. Roger, Jonas et Franky qui vont passer à la Cour Suprême.

Des actes lâches qui en disent long.

Des actes lâches qui en disent long. (Photo par Eric O. Lembembe)

Menaces de mort

En octobre 2012, Michel Togue a été victime d’actes d’intimidation par téléphone ou par mail menaçant l’enlèvement de ses enfants et le traitant  de « pédé ».

L’un des messages : « si tu n’abandonnes pas la défense des personnes homosexuelles, nous allons enlever tes enfants, nous les connaissons très bien ». Son épouse a reçu un message allant dans le même sens « choisis l’enfant que tu aimes le plus, nous allons le transformer en PD, comme ça tu comprendras ce que c’est de les défendre ».

Ces menaces ont contraint le défenseur des droits humains à envoyer sa famille en exil. Lui-même est resté au Cameroun. Pour poursuivre le combat. Au vu des actes du 16 juin, il s’avère encore bien long et épineux.

– Eric O. LEMBEMBE

Aussi publiés par “Erasing 76 Crimes”:

About Eric O. Lembembe

Eric O. Lembembe, a journalist in Cameroon, is a leader of the Cameroonian Foundation For AIDS (CAMFAIDS), an association that seeks to promote and protect all human rights.
This entry was posted in Africa (Sub Saharan), Harassment / murders, Posts in French and tagged , . Bookmark the permalink.

17 Responses to Cameroun: Les bureaux de Me Togué cambriolés

  1. Pingback: Attaques sur les défenseurs des droits des LGBTI au Cameroun: La contre offensive se prépare ? | 76 CRIMES

  2. Pingback: Homosexualité au Cameroun: Verdict de 5 ans avec sursis | 76 CRIMES

  3. Pingback: Cameroun: ‘Les autorités devraient enquêter sur le meurtre’ | 76 CRIMES

  4. Pingback: Au Cameroun, la lutte contre le sida est trop dangereuse | 76 CRIMES

  5. Pingback: Au Cameroun, 2 condamnations de plus pour homosexualité | 76 CRIMES

  6. Pingback: Faites une donation pour les funérailles de l’activiste assassiné | 76 CRIMES

  7. Pingback: Au Cameroun, 3 militants LGBT arrêtés, le harcèlement continue | 76 CRIMES

  8. Pingback: Au Cameroun: Garde à vue abusive des amis d’Eric Lembembe | 76 CRIMES

  9. Pingback: Cameroun: Militant libéré par la police qui cherche un coupable | 76 CRIMES

  10. Pingback: Cameroun: Lynchage d’un homosexuel présumé | 76 CRIMES

  11. Pingback: Les obsèques d’un militant LGBT au Cameroun | 76 CRIMES

  12. Pingback: Cameroun: Au revoir à un militant assassiné (et ses blagues) | 76 CRIMES

  13. Pingback: Compte rendu des obseques d’Eric Ohena Lembembe | 76 CRIMES

  14. Pingback: Cameroun: Encore des foules attaquent des LGBTs | 76 CRIMES

  15. Pingback: Une milice privée traque les homosexuels au Cameroun? | 76 CRIMES

  16. Pingback: Au Cameroun, des harcèlements anti-gay et des militants résolus | 76 CRIMES

  17. Pingback: Une lettre au Cameroun: Il faut empêcher la violence anti-gay | 76 CRIMES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s