Yaoundé célèbre IDAHO 2013 avec faste et sérénité

Rainbow Flag Flash Mob

Rainbow Flag Flash Mob au Cameroun

Publié le 30 mai 2013

Une semaine d’activités a été organisée par trois associations pour commémorer la dernière journée internationale de lutte contre l’homophobie (IDAHO) dans la cité capitale camerounaise. Contrairement à l’édition dernière,  les événements de cette année se sont passés dans le calme. [La version anglaise]

Rainbow Flashmob au Cameroun.

Le « Rainbow Flag Flash Mob », version camerounaise. IDAHO 2013.

IDAHO 2013 au Cameroun

Rond point Bastos, un quartier résidentiel de Yaoundé où sont logés la majorité des représentations diplomatiques, à quelques encablures du palais présidentiel, aux environs de 18 heures, le 17 mai dernier. Un groupe de jeunes de jeunes hommes et femmes habillés aux couleurs multiformes descendent d’un minibus de fortune. Visiblement excités et heureux, ils dansent, crient et courent dans tous les sens. Dans leurs mains, un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel confectionné, nous dira-t-on après, spécialement pour la circonstance. Quelques flashs de photographes. Au bout de quelques minutes de danse, le petit groupe quitte les lieux en laissant tomber derrière eux, des messages inscrits sur des ballons de baudruche qu’ils avaient conçus. La scène inédite et insolite attire l’attention de quelques passants curieux. L’un d’eux prend même quelques clichés. Beaucoup n’y ont sans doute pas compris grande chose à tout ce remue ménage.

« Dans un société camerounaise de plus en plus hostile à la question homosexuelle, on redoute bien ce qui se serait passé s’ils avaient compris de quoi il était question. »

Cela nous confie Michel Engama, l’un des manifestants, satisfait que tout soit passé sans incidents.

IDAHO-shirt-Cameroon-05-2013-108_3771

En réalité, cette scène qui entrera sans doute dans l’histoire du mouvement LGBTI au Cameroun est le premier « Rainbow Flag Flash Mob » organisé à l’occasion de la dernière journée de lutte contre l’homophobie (IDAHO) par les associations de défense des droits des minorités sexuelles Humanity First Cameroon, Cameroonian Foundation For Aids (CAMFAIDS), et Affirmative Action. C’est également l’une des grandes innovations des activités prévues dans le cadre de la commémoration de cette journée dans la ville de Yaoundé, cette année.

Ce même jour, bien avant le « Rainbow Flag Flash Mob », quelques heures plutôt, une quarantaine de gays et lesbiennes s’étaient regroupés au siège de  Humanity First Cameroon autour d’une série d’ateliers thématiques, des foras d’échanges clôturé par un débat. Pour cette autre activité dénommée « université populaire participative »,  explique Yannick N., organisateur:

« Il était surtout question pour les participants de discuter autour des thématiques liées à l’homophobie,  les violations et abus des droits humains, la vulnérabilité des LGBTI face aux IST et au VIH/SIDA et la valeur ajoutée des LGBTI dans la société camerounaise. »

Dans les foras d’échanges, plusieurs participants témoignent avec beaucoup d’émotion à visage découvert sur des situations d’homophobie dont ils ont été  eux-mêmes victimes. Les cas d’homophobie qui reviennent sont les mêmes : rejet social ou familial, discrimination dans tous les espaces de vie, même les formations hospitalières, violences physiques et verbales, arnaques, arrestations arbitraires et même condamnations pénales. Ensemble, dans les discussions, différentes stratégies sont proposées pour faire face à ces actes homophobes de plus en plus croissants dans notre pays.

Le débat, quant à lui, portant sur le thème : « Variantes de l’homophobie dans l’environnement Camerounais, et impact sur les LGBTI » est animé par un journaliste- militant associatif. A ses côtés, un panel composé d’une psychologue, d’un juriste et d’un volontaire associatif cite plusieurs manifestations de l’homophobie, y compris la stigmatisation et l’emprisonnement du fait d’une loi répressive comme autant de variantes de l’homophobie au Cameroun. La psychologue commente:

« En raison de ce phénomène, l’on observe une faible estime de soi chez les LGBTI renforcée par une auto-homophobie, une grande désertion scolaire, une grande vulnérabilité au VIH/SIDA ou encore une tendance au suicide. »

Distinctions honorifiques

IDAHO 2013 dans la liesse.

IDAHO 2013 dans la liesse.

L’acte final de la commémoration d’IDAHO 2013 à Yaoundé a eu lieu le 18 mai  à la soirée culturelle dans une salle de fêtes louée pour la circonstance dans un quartier résidentiel. Un comité d’organisation a été mis en place pour éviter le drame survenu au cours de la soirée clôturant les activités d’IDAHO de l’année dernière, où une vingtaine de participants ont été tabassées à mort par des agresseurs homophobes. Présente sur les lieux, une unité de police a même assuré la sécurité durant toute la nuit.

C’est ainsi que plus de 300 personnes, gays, lesbiennes et hétérosexuels confondus ont assisté à un grand spectacle où des artistes en herbe ou confirmés de la communauté LGBTI ont presté à travers des interprétations de chansons et des chorégraphies impressionnantes. Une élection de Miss et de Master IDAHO 2013  a également agrémenté le show.

Dans le souci de favoriser l’émulation au sein de la communauté homosexuelle, des prix d’excellence ont été décernés dans diverses catégories. Entre autres, le meilleur pairs éducateur, le meilleur leader communautaire, l’exploit académique de l’année, le meilleur styliste et le meilleur  bar gay-friendly.

Promotion de la tolérance

Tout comme l’année dernière, les activités de la semaine d’IDAHO  ont débuté par une projection cinématographique et un match de football opposant une équipe des LGBT à une équipe d’hétérosexuels. La rencontre sportive s’est déroulée le 12 mai dans une ambiance plutôt amicale et s’est soldée par un score nul de 4 buts partout. A l’issue de la rencontre, le leader de l’une des associations prend la parole pour expliquer que l’objectif de l’activité est de promouvoir la tolérance vis-à-vis des LGBTI.

A sa suite, le capitaine de l’équipe des hétérosexuels a déclaré, pour sa part, qu’ils « n’éprouvent pas d’hostilité particulière vis-à-vis des homosexuels, et qu’ils les considèrent comme des êtres humains normaux ».

Pour signifier la communion entre les deux groupes, les joueurs hétérosexuels ont manifesté l’envie d’assister à la soirée culturelle clôturant les activités de l’IDAHO 2013. Et, ils l’ont fait…

– Eric O. LEMBEMBE

Aussi publiés par “Erasing 76 Crimes”:

About Eric O. Lembembe

Eric O. Lembembe, a journalist in Cameroon, is a leader of the Cameroonian Foundation For AIDS (CAMFAIDS), an association that seeks to promote and protect all human rights.
This entry was posted in Africa (Sub Saharan), Posts in French and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

24 Responses to Yaoundé célèbre IDAHO 2013 avec faste et sérénité

  1. Pingback: Peaceful celebration in Cameroon a year after mob attack | 76 CRIMES

  2. Pingback: Peaceful celebration in Cameroon a year after mob attack | Peterson Ssendi

  3. Pingback: Cameroun: Deux lesbiennes condamnées | 76 CRIMES

  4. Pingback: Cameroun: Les bureaux de Me Togué cambriolés | 76 CRIMES

  5. Pingback: Cameroun: Attaques contre des défenseurs des LGBTIs | 76 CRIMES

  6. Pingback: Attaques sur les défenseurs des droits des LGBTI au Cameroun: La contre offensive se prépare ? | 76 CRIMES

  7. Pingback: Homosexualité au Cameroun: Verdict de 5 ans avec sursis | 76 CRIMES

  8. Pingback: Cameroun: ‘Les autorités devraient enquêter sur le meurtre’ | 76 CRIMES

  9. Pingback: Au Cameroun, la lutte contre le sida est trop dangereuse | 76 CRIMES

  10. Pingback: Au Cameroun, 2 condamnations de plus pour homosexualité | 76 CRIMES

  11. Pingback: Faites une donation pour les funérailles de l’activiste assassiné | 76 CRIMES

  12. Pingback: Au Cameroun, 3 militants LGBT arrêtés, le harcèlement continue | 76 CRIMES

  13. Pingback: Au Cameroun: Garde à vue abusive des amis d’Eric Lembembe | 76 CRIMES

  14. Pingback: Cameroun: Militant libéré par la police qui cherche un coupable | 76 CRIMES

  15. Pingback: Cameroun: Lynchage d’un homosexuel présumé | 76 CRIMES

  16. Pingback: Les obsèques d’un militant LGBT au Cameroun | 76 CRIMES

  17. Pingback: Cameroun: Au revoir à un militant assassiné (et ses blagues) | 76 CRIMES

  18. Pingback: Compte rendu des obseques d’Eric Ohena Lembembe | 76 CRIMES

  19. Pingback: Cameroun: Encore des foules attaquent des LGBTs | 76 CRIMES

  20. Pingback: Une milice privée traque les homosexuels au Cameroun? | 76 CRIMES

  21. Pingback: Dis ce que tu sais des LGBTI, je te dirais qui je suis réellement ! | 76 CRIMES

  22. Pingback: Cameroun : célébrations LGBTI dans deux villes | 76 CRIMES

  23. Pingback: Cameroun : célébrations LGBTI dans deux villes | 76 Crimes en français

  24. Pingback: Dis ce que tu sais des LGBTI, je te dirais qui je suis réellement ! | 76 Crimes en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s