Dans sa cellule, il attend son procès pour homosexualité

Publié le 25 septembre 2012. (Also published in English)

Arrêté depuis juin dernier pour homosexualité, Samuel Gervais Akam a été déféré à la prison centrale de New Bell. Pour l’instant, il ne reçoit que l’assistance matérielle et psychologique des associations de défense de droits des homosexuels.

Alice Nkom, avocat de Samuel Gervais Akam. (Photo de ChangingAttitude.org.uk)

Alice Nkom, avocat de Samuel Gervais Akam. Les cas d’arrestations pour homosexualité, monnaie courante au Cameroun. (Photo de  ChangingAttitude.org.uk)

Arrêté en juin, enfermé en juillet, Samuel Gervais Akam croupit dans une cellule à la prison centrale de New Bell au Cameroun dans l’attente de son procès pour homosexualité.

L’histoire de Samuel Gervais est un récit ambigu et complexe d’un pâtissier marié d’âge moyen dans un différend concernant l’argent et le sexe avec un garçon de 18 ans.

Après près de 3 mois de dialogue sur Gayromeo, site de rencontres homo très usité par les gays Camerounais, Samuel Gervais, 42 ans, de la ville de Douala, rencontre le 24 juin dernier, Arold, 18 ans, vendeur au quartier Deido.

Lors du rendez-vous, tout semble bien se passé. Arold semble visiblement consentant lors des ébats sexuels. Au moment de la séparation, Samuel Gervais remet une somme de 2 000 FCFA comme frais de transport à son partenaire. Ce dernier les jugera insuffisant. Et réclame plutôt une somme de 50 000 FCFA. Embêté, Samuel Gervais accepte de payer ladite somme plus tard et remet son ordinateur portable et son téléphone portable au jeune homme comme cautions.

Mais, seulement quelques heures plus tard, après que Arold ait emprunté une moto pour s’en aller, Samuel Gervais le suivra sur une autre moto et le rattrape au niveau du Stade Ominisports de Bepanda. Il se met à crier : « Au voleur ! », « Bandit, remet moi mes appareils ! ». Lorsque qu’un attroupement de passants curieux se forme autour du couple et s’apprête à lyncher Arold. Le jeune homme se défend, « il m’a baisé et il n’a pas payé, c’est pourquoi je détiens ces appareils ». La scène attire la vigilance d’une patrouille du Groupement Mobile d’Intervention (GMI), celle-ci interpelle les deux hommes et les embarquent. Direction police judiciaire de Bonanjo.

L’ordinateur portable est emporté comme pièces à convictions. Lors des enquêtes, les policiers exploitent les documents contenus dans l’ordinateur, sans une autorisation quelconque du procureur. A leur grande stupéfaction, ils découvrent des vidéos de partouze de Samuel Gervais avec différents partenaires.

Interrogé sur ces partenaires, Samuel Gervais explique que ces derniers ne sont plus au Cameroun et que certaines vidéos avaient été tournées lors d’un anniversaire à son domicile, une autre video lors d’un séjour à Kribi avec un couple expatrié. L’un des hommes aurait été son 1er partenaire avec qui il a passé des mois d’intimité, d’où, sans doute, la conservation des videos.

Le PC aux « images obscènes et choquantes » est saisi, placé sous scellé et déposé au greffe du Tribunal de grande instance de Bonanjo. Les « images de la pratique de l’homosexualité », sont jugées suffisantes pour déférer Samuel Gervais le 2 juillet 2012 en soirée à la prison centrale de New Bell.

Pour l’instant, Samuel Gervais qui croupi à New Bell ne récoit que l’assistance matérielle (savons, huile de toilette et denrées alimentaires) de Alternatives Cameroun et l’Association de Défense des Homosexuels (ADEFHO). En août dernier, sa femme gravement malade depuis quelques temps, est décédée.

Abattu psychologiquement et sans suivi médical, Samuel Gervais attend impatiemment son procès. L’affaire aurait été placée en instruction.

Une fois de plus, Me Alice Nkom, défenseuse des droits des homosexuels au Cameroun, est sur le dossier.

– Eric O. LEMBEMBE

Related articles

About Eric O. Lembembe

Eric O. Lembembe, a journalist in Cameroon, is a leader of the Cameroonian Foundation For AIDS (CAMFAIDS), an association that seeks to promote and protect all human rights.
This entry was posted in Africa (Sub Saharan), Posts in French, Trials / punishments and tagged , , , . Bookmark the permalink.

14 Responses to Dans sa cellule, il attend son procès pour homosexualité

  1. Pingback: La quête de soutien pour les homosexuels au Cameroun | 76 CRIMES

  2. Pingback: Cameroun: Samuel Gervais Akam a été libéré provisoirement | 76 CRIMES

  3. Pingback: Au Cameroun, un appel pour la santé et la liberté | 76 CRIMES

  4. Pingback: Cameroun: L’homophobie vs. la lutte contre le SIDA | 76 CRIMES

  5. Pingback: Haro sur les violations des droits des LGBTI au Cameroun | 76 CRIMES

  6. Pingback: Non coupable: 2 au Cameroun qui ont été condamnés à 5 ans | 76 CRIMES

  7. Pingback: Non coupables: 2 au Cameroun qui ont été condamnés à 5 ans | 76 CRIMES

  8. Pingback: Rapport: Un homosexuel lynché au Cameroun | 76 CRIMES

  9. Pingback: Cameroun: Arnaque et guet apens parmi les LGBTIs | 76 CRIMES

  10. Pingback: L’espoir pour les LGBTs du Cameroun? Mais pas de répit | 76 CRIMES

  11. Pingback: À la recherche de la défaite du VIH au Cameroun | 76 CRIMES

  12. Pingback: Cameroun: Cessez d’ignorer les menaces de mort | 76 CRIMES

  13. Pingback: Au Cameroun, actions de prévention à VIH/IST | 76 CRIMES

  14. Pingback: LGBTs au Cameroun: ‘Nombre record d’arrestations’ | 76 CRIMES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s